La ville de Salé

La ville de Salé a été fondée sous l’égide des Banou Achara début du IIIème siècle de l’Hégire (IXème siècle de l’ère chrétienne). Elle fut la capitale de l’Etat de Banou lfern et les mérinides en firent leur seconde capitale après Fès. Elle s’est distinguée par son port maritime qui a joué un rôle important dans les échanges commerciaux avec l’Angleterre, la Hollande, l’Italie, etc. Les navires y importaient et en exportaient le coton, la tapisserie, l’ivoire, la cire, le miel et les armes. Mohammad Al Ayachi en fit, en raison de son emplacement stratégique, un bastion militaire maritime d’où il combattait toutes les tentatives d’invasion coloniales.

Les sites les plus importants de la ville :

  • La grande mosquée : bâtie vers 420 de l’Hégire par le Sultan Al Mansour AI Mouahidi.
  • L’école mérinide : fondée par le Sultan Abou Al Hassan Al Marini, en l’an 742 de l’Hégire.
  • La kasbah de gnaoua : bâtie par le Sultan Moulay Ismail Al Alaoui en 1092 de l’Hégire.
  • La sakkala et la grande tour : bâties par le Sultan Moulay Abderrahmane Al Alaoui, l’an 1283 de l’Hégire.
  • La muraille entourant la Médina : fondée par les mouahidines, elle fut achevée par les mérinides. L’une des portes les plus connues de cette muraille est Bab M’rissa qui servait d’accès pour la réparation des navires de guerre.
  • Zawiat Annassak (la zawia de l’hérmite) : bâtie par Abou Inane Al Marini. Lissane Eddine Bnou Al Khatib y séjourna lors de son passage par Salé.
  • Le sanatorium, l’hôpital et la faculté de médecine : c’est ce qu’on connaissait sous le nom de Foundok Askour.
  • L’aqueduc : dont le mur s’étend d’Ain Baraka à la grande mosquée.
  • Bab Fès et Bordj Rokni (fortification Alaouite) : ils accueillent aujourd’hui respectivement un espace culturel et le Musée Régional de la Marine.

La nouvelle ville de Salé

Le 21 juillet 1992, feu Sa Majesté Hassan II a fait don d’un terrain d’une superficie de 179 hectares pour la construction d’une ville nouvelle : Sala Al Jadida, destinée à héberger près de 120.000 habitants. On y trouve toutes sortes d’établissements et de services sociaux, culturels et éducatifs. Comme on y a construit la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales (9600 étudiantes et étudiants).

La population de la municipalité de Salé a atteint un million d’habitants environ et on prévoit qu’en 2020 elle serait la seconde ville la plus peuplée du Maroc. Cet essor est consolidé par le lancement par le Souverain, au cours de l’année 2006, de grands projets structurants ; tels : Le village “intelligent” “Technopolis” ainsi qu’un ambitieux plan de mise à niveau de la ville qui réduira les déséquilibres connus en son sein.

L’aménagement des deux rives de l’oued Bouregreg.

Depuis le lancement officiel du projet, les travaux d’aménagement ont pris un tournant décisif sur la voie de concrétisation. Portant sur une zone globale d’environ 6000 hectares, l’aménagement de la vallée vise à réhabiliter le site et promouvoir l’espace dans le strict respect de la faune et de la flore. Par cette mise en valeur de la vallée, il s’agit principalement de faire de ce lit de fleuve un lien d’articulation organique entre la ville de Rabat et de Salé, tant pour ce qui est du franchissement d’une rive à l’autre, que des lieux publics à exploiter en commun. Dès lors, la vallée du Bouregreg ne sera plus, un simple lieu de transit, mais une cité pour elle-même. Le projet s’étale sur 4 séquences, la première est dénommée “Bab Al Bahr”, “la deuxième Amwaj”.

WordPress Blog